image-de-couverture

Si le 70mm, bien que rare, est encore utilisé de temps en temps (Insterstellar, Gravity), le 70mm Ultra Panavision ne l’était plus depuis près de 50 ans. Ce format ressuscité en 2016 avec le film Les 8 Salopards de Quentin Tarantino a été utilisé une petite douzaine de fois en tout, essentiellement entre 1957 et 1966.

 

A lire aussi : Introduction à la pellicule

 

Dans les années 50 et 60, beaucoup de « blockbusters » (Spartacus, Ben-Hur, West Side Story) de l’époque étaient tournés sur de la pellicule dont la largeur de la bande atteignait 70mm, soit le double de la largeur standard 35mm. La pellicule étant chère, ce procédé s’avère très vite onéreux, c’est une des raisons pour lesquelles il a très vite été oublié. 

Le 70mm était exploité dans de nombreux formats développés par des sociétés comme Panavision. Le but était d’obtenir des images larges de la meilleure qualité possible afin d’en mettre plein la vue au public, de lui montrer l’intérêt d’aller au cinéma à un moment où la télévision s’invitait dans les foyers. L’Ultra Panavision n’est que l’un de tous ces formats.

Comme pour du 70mm classique, le film est tourné sur une bande de pellicule de 65mm de large. Les 5mm restant servaient à y insérer le son, qui est aujourd’hui inscrit sous forme de time code. La particularité de ce format réside dans son ratio très large de 2.76:1. Ceci veut dire qu’une image de 1m de hauteur aura 2,76m de largeur. A titre de comparaison, le ratio de votre téléviseur est 1.77:1.

 

comparer 1.77 2.39 2.76

 

Pour arriver à un tel résultat, il faut utiliser une optique spéciale sur la caméra lors de la prise de vue pour anamorphoser l’image. Sur la pellicule 70mm, l’image « s’impressionne » sur une hauteur de cinq perforations ce qui donne un ratio par défaut de 2.20:1. Comme vous pouvez l’observer sur l’illustration ci-dessous, l’idée est de compresser l’image en largeur en ramenant le format de prise de vue de 2.76:1 à 2.20:1.

expliquer anamorphose 70mm ultra pana

Ensuite, lors de la projection, une lentille « désanamorphique » doit être utilisée sur le projecteur afin de retrouver sur l’écran le format 2.76, « décompresser » l’image en quelque sorte. Cette partie a été délicate lors de la sortie dans ce format des 8 Salopards en 2016 car toutes ces lentilles argentiques avaient soit disparu, soit étaient hors d’usage.

Nous espérons que cet article vous a plu. Suivez-nous sur Facebook et Twitter, abonnez-vous par mail pour rester au courant des nouveautés et, si vous pensez que notre travail le vaut, faites-nous un don sur Tipeee. Merci pour votre lecture !

http://www.cineclubdecaen.com/analyse/format.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_d%27image

Interviews de Tristan Frontier et Alain Surmulet.

Image du carrosse extraite de « Les 8 Salopards », directeur de la photographie : Robert Richardson.

Corrections : Aurèle Collin.

À lire aussi

Une question ?