image-de-couverture

La bijoute

Non classés, Tournage - - Temps de lecture : 2 min

En règle générale, les productions louent le matériel de tournage à des sociétés spécialisées comme Transpalux ou TSF. Cependant, il est d’usage que certains professionnels – les accessoiristes, les électriciens de plateau et les machinistes – possèdent leur propre matériel qui viendra compéter celui loué par la production. Cet équipement personnel porte le curieux et doux nom de bijoute.

Cette appellation trouverait, d’après ce blog, ses origines dans le nom du local des accessoiristes en studio: la bijouterie. Ce n’est que plus tard, lorsque les films se sont de plus en plus tournés en extérieur, que les électriciens de plateau et les machinistes se sont mis à posséder eux aussi du matériel.

Le contenu et la taille d’une bijoute peut beaucoup varier. De la simple caisse à outils au(x) camion(s) plein(s) à craquer ! Il est difficile d’énumérer l’ensemble des matériels qu’on peut y trouver tellement il en existe de toutes sortes. Mais voici néanmoins quelques exemples :

  • Les électriciens de plateau auront tendance à posséder des consommables (rouleaux de gelatine, ampoules, gaffer), des pieds, des accessoires d’accroche (clamp, pinces, spigots), des réflecteurs, des cadres de diffusion…
  • Les machinistes, quant à eux, possèderont un outillage divers, des cales en bois, des éléments de structures métalliques, des gueuses, des borniols (tissus noirs et épais pour calfeutrer la lumière)…
  • L’accessoiriste de plateau va posséder tous les accessoires de jeu ainsi que le nécessaire pour réaliser certains effets spéciaux de plateau (fausse pluie, fumée, brouillard, feux,…)

Une bijoute se constitue peu à peu, à mesure de l’avancée de la carrière du technicien. Cela commence par de petits éléments achetés ou récupérés de-ci de-là. Il arrive par exemple que des techniciens qui partent à la retraite ou stoppent leur activité vendent leur bijoute avec de bons prix. Mais être au courant de ce genre d’occasions implique d’être déjà implanté dans le milieu.

Posséder son propre matériel apporte quelques avantages. Cela permet en effet d’être plus attrayant aux yeux d’une production lorsqu’elle cherche à recruter son équipe. Aussi, travailler avec du matériel qu’on connait permet de gagner en efficacité sur le tournage.

En plus du défraiement que le propriétaire perçoit lorsqu’il utilise sa bijoute sur un tournage, il a la possibilité de la louer quand il n’en a pas l’usage. Mais pas à n’importe qui : essentiellement à des personnes de confiance avec lesquelles il a déjà travaillé. On ne fait pas n’importe quoi avec sa bijoute, comme son nom l’indique, c’est précieux ! Ces entrées d’argent sont essentielles car une bijoute doit être rentabilisée. En effet, en plus des frais nécessaires à l’entretien et son amélioration constante, il faut aussi prendre en compte ceux liés à l’entreposage de tout ce matériel.

Les plus lus

Payer contre cet article

Vous avez la possibilité de nous rétribuer en échange de notre contenu.

Faire un don

Dans la même catégorie

http://www.licelfoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=83:la-bijoute-du-chef&catid=43:les-mots-du-plateau&Itemid=58

http://makingvideo.free.fr/pdf/bijoute-chef-electro.pdf

http://makingvideo.free.fr/pdf/la-bijoute-du-machiniste.pdf

Photos et conseils : Quentin Pellissier et Odeline Reix.