image-de-couverture

Et oui, il va commencer à paraitre bien loin le temps où l’on pouvait assister à des projections pellicule dans nos cinéma. Dorénavant, la plupart des salles du pays ont franchi le pas : elles sont passé au numérique. En effet, sur les 5480 écrans de cinéma en France, 5178 sont aujourd’hui équipés (chiffres au 31/12/12*). Même si la définition** des images numériques est encore légèrement inférieure à celle que pourrait offrir une pellicule 35mm neuve dans le cas du 2K (2048×1080 pixels***) et du 4K (4096 × 2160 pixels***), le numérique possède de nombreux avantages.

 

Lorsque les projections s’effectuaient en pellicule, du fait de la longueur d’un film (3500m en moyenne) les copies arrivaient en plusieurs rouleaux de bobines et suivant l’utilisation qui en avait été faite avant, elles pouvaient être plus ou moins abimées. Aujourd’hui, avec le numérique, le film arrive via internet ou un disque dur et sa particularité est qu’il ne subit aucune dégradation dans le temps. Cette dernière caractéristique permet de garantir à tous les spectateurs une qualité égale de projection.

 

Un film de 2h10 se résume donc aujourd’hui en un fichier de 189,5 Go (203,5 pour de la 3D)****. Pour se le procurer, un cinéma procède de la manière que vous allez découvrir dans la suite de cet article. Il s’agit du cas du complexe cinématographique “Le Fellini” situé à Villefontaine (Isère), la procédure peut changer suivant le cinéma.

 

Avant toute chose, le cinéma doit savoir qu’il pourra se procurer le film. “Le Fellini” est adhérent à un réseau de cinéma VEO (http://www.veocine.fr/). Il s’agit d’un programmateur qui gère et propose des copies à ses cinémas adhérents après les avoir négociés auprès des Distributeurs (Warner Bros, 20th Century Fox, Pathé…). Suivant les propositions qu’il reçoit, le cinéma effectue sa programmation qu’il renvoi ensuite à VEO.

 

Si les copies sont disponibles, elles sont soit envoyées par courrier sur support disque-dur (dans ce cas là, les disques se diffusent de cinéma à cinéma), soit par internet directement dans la bibliothèque. Cette bibliothèque n’est rien d’autre qu’un serveur au cinéma sur lequel transitent et sont stockés tous les films. 

 

Infographie Projection numérique

Une fois en possession des films, le projectionniste doit préparer sa séance. Plus de pellicule à mettre cette fois, tout se passe par ordinateur. C’est avec un logiciel tel que Cinélister qu’il organise ses séances. Il s’agit ni plus ni moins de créer une playlist qui liste toutes les commandes à envoyer au vidéoprojecteur. Des moments où il doit afficher un noir jusqu’au film lui-même en passant par le format, la musique d’ambiance et même l’alarme, il faut tout lui dire.

Et à l’heure demandée, alors que vous serez déjà assis à un fauteuil à patienter, le vidéoprojecteur commencera son travail automatiquement.

 

Nous espérons que cet article vous a plu. Suivez-nous sur Facebook et Twitter, abonnez-vous par mail pour rester au courant des nouveautés et, si vous pensez que notre travail le vaut, faites-nous un don sur Tipeee. Merci pour votre lecture !

Un grand merci Sylvie Faroud, gérante du cinéma Le Fellini, pour m’avoir accueilli et répondu à mes questions. 

* source : Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9ma_num%C3%A9rique#Historique_du_d.C3.A9ploiement

** définition d’une image : La définition d’une image correspond au nombre de points/pixels qui la composent. Dans le cas de la vidéo full-HD, une image à une définition de 1080×1920 pixels soit 2 073 600 pixels en tout. (Dans le cas du 8K (8192 × 4608 pixels), la définition dépasse largement celle d’une pellicule 35mm)

*** ces définitions varient en fonction l’aspect ratio de l’image. Voir l’article sur les formats d’image.

**** Pour un film de 2h11, en 2D, en Jpeg2K 1998×1080.

À lire aussi

Une question ?