Le clap ! Tout le monde le connait, mais à quoi sert-il ?

image-de-couverture

Post-production

Le clap ! Tout le monde le connait, mais à quoi sert-il ?

Vous avez certainement déjà vu ou croisé cet objet emblématique du cinéma. Le clap est un élément très important lors du tournage d’un film pour deux raisons.

 

Synchronisation audio/image

Au cinéma, le son et l’image sont enregistrés sur deux supports différents et séparés. Même avec le cinéma numérique, le son est toujours enregistré à part. Il a donc fallu trouver un moyen de synchroniser l’image et le son…

Ainsi est né cet objet mythique. Il est composé de deux parties : une plaque inférieure où sont notées des infos (sur lesquelles nous reviendrons plus bas) et un heurtoir (“claquette”), fixé à la plaque inférieure par une charnière. La taille du clap peut varier en fonction de la valeur du plan et sa distance par rapport à la caméra, le but étant qu’il reste visible et lisible.

Avant chaque scène, une fois que la caméra enregistre (après les fameux “moteur demandé !” et “ça tourne !“), le heurtoir est rabattu sur la plaque inférieure produisant un claquement sec.

C’est ce claquement qui permet de caler le son à l’image près lors du montage. Le principe est très simple : on fait coïncider l’image où le heurtoir touche la plaque avec le son correspondant.

 

Identification

Le deuxième rôle du clap est d’identifier chaque plan. C’est pourquoi figurent sur celui-ci quelques informations, qui peuvent varier suivant le tournage et le clap utilisé…

Généralement, on y retrouve le nom du film, celui du réalisateur et du chef opérateur (ou directeur de la photographie). On peut également y trouver le nom de la société de production.

Mais les informations les plus utiles restent le numéro de plan, de scène et de prise. C’est grâce à elles que le monteur pourra identifier et ordonner les centaines de rushes à sa disposition. Les bonnes prises sont indiquées dans les rapports image tenus par la scripte au moment du tournage, le monteur n’a plus qu’à les sélectionner pour travailler.

 

Comment on l’utilise ?

Un clap est très simple à utiliser. Cependant, le dispositif est très strict dans le cadre d’un tournage “sérieux” (notez les guillemets).

Qui l’utilise ? Le cinéma est un domaine très rigoureux où chacun doit tenir sa place et son rôle, rien de plus, rien de moins. La personne en charge du clap est le clapman. Sur les grosses production, une personne peut avoir comme seul rôle d’être le clapman mais pour des raisons de budget il peut aussi avoir d’autres fonctions. Suivant le pays, le clapman peut être un machiniste (France) ou alors c’est un assistant opérateur qui s’en charge.

Comment ? La mise en scène et la technique sont prêtes, le tournage du plan peut commencer. Le réalisateur ou son assistant demande le moteur (“moteur demandé !”), une fois l’enregistrement du son lancé, l’opérateur son lance “ça tourne !”. Une fois la caméra prête à enregistrer, le premier assistant caméra ordonne le clap (“Clap !” ou “Annonce !”). Le clapman s’avance alors dans le champ de la caméra et fait son annonce : “N°Plan/N°Prise” puis rabat le heurtoir. Il sort du cadre.

Pour diverses raisons, le clap peut être fait à la fin d’une prise. Il est alors effectué clap à l’envers pour qu’on puisse immédiatement reconnaitre que c’est un clap de fin.

 

La différence entre clap ouvert et clap fermé.

Il existe deux façons de claper. Une consiste à relever immédiatement le heurtoir après l’avoir rabattu. C’est le “clap ouvert”. L’autre consiste à ne pas relever le heurtoir après avoir clapé. Dans les deux cas, le clap assure sa fonction d’aide à la synchronisation.

 

Comment se procurer un clap ?

Rien de plus simple et pas la peine de se ruiner. Vous pouvez vous en bricoler un chez vous très simplement. Sinon, de nombreux parcs à thème en proposent dans leurs boutiques de souvenirs. Vous pouvez aussi en trouver très facilement sur internet pour une dizaine d’euros.

Wikipédia : Le Clap !

Continuez votre visite !

Plus d'articles, par ici !